De beaux jours à venir – Megan Kruse

Le livre de Megan Kruse aborde avec un réalisme saisissant le sujet de la construction de chaque individu, sur fond de drame familial dans le Nord Ouest américain, région réputée pauvre, isolée, et sans avenir.Le décor
La mère, Amy, après des années à subir les coups de son mari, finit par fuir pour sauver ses enfants, et leur permettre de se construire. L’image de la mère est forte, avec un sens aigu du sacrifice : une vraie mère courage.
Le fils, Jackson, 18 ans, ne parvient pas à affirmer son identité. Il rejette sa mère quand elle n’ose pas s’imposer face au père violent. Dans le même temps, il recherche l’amour de son père à qui il ne peut pas dévoiler ses penchants homosexuels. Il s’agit du personnage que Megan Kruse a creusé le plus en profondeur, que ce soit ses peurs ou ses errances, celui pour lequel la construction sera la plus difficile.
Enfin, la fille Lydia, 13 ans, très discrète dans le livre, très attachée à son grand frère, culpabilise d’exister car les problèmes familiaux sont apparus depuis sa naissance. Elle est certes touchante mais le profil psychologique m’a semblé moins fourni que celui des deux autres personnages.
Chacun des trois personnages est à la fois très seul et intimement lié à la famille. Le père, grand absent de ce livre, n’a pas droit à la parole.
Par ailleurs, la nature est très présente : dans une région réputée pour son austérité, l’auteur nous décrit des paysages où l’eau et la forêt, sources de vie, apportent de la lumière et de la douceur au roman.
La forme
Chaque chapitre fait parler les trois protagonistes à tour de rôle, et chacun alterne les flashbacks entre présent et passé. Un processus plutôt efficace : chaque chapitre étant daté, cela apporte une certaine structure et permet d’aborder en profondeur la psychologie chaque personnage. Megan Kruse construit l’histoire de chaque protagoniste séparément.
Le fond
Au fur et à mesure du roman on se demande si chacun parviendra à se construire : le titre, De beaux jours à venir, m’a permis de garder espoir! C’est un beau roman sur le sacrifice, l’amour familial, mais aussi un hymne à la vie, et remplit d’espoir sur la possibilité pour chacun de se construire quelque soit l’endroit où on vit et les conditions dans lesquelles on grandit. Enfin, de la rencontre avec Megan Kruse dans les locaux de Babelio, je suis ressortie sous le charme de cet auteur qui dégage beaucoup d’enthousiasme, de volonté : la profondeur de l’analyse psychologique des personnages peut surprendre au regard de la jeunesse de l’auteur. Megan Kruse nous a confié avoir eu un attachement particulier pour le rôle de Jackson mais elle ne porte aucun jugement sur aucun des personnages.
Un livre que je n’aurais pas lu sans la rencontre Babelio avec l’auteur. Si j’ai eu un peu de mal à entrer dans l’histoire, je me suis progressivement attachée aux personnages, et suis curieuse de lire le second livre de Megan Kruse. Il est pour l’instant en cours d’écriture !

Merci à Babelio et aux éditions Denoël pour cette lecture.

leatouchbook

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s