Imago – Cyril Dion

Imago : un livre politique, fort, douloureux, porté par une écriture aussi soignée que poétique. Très beau premier roman à lire absolument!

Le roman de Cyril Dion s’ouvre par une scène d’une extrême violence au cours de laquelle un bébé est arraché à sa mère à la maternité, en France, pour être ramené dans la famille de son père, en Syrie. L’auteur nous emmène ensuite très rapidement au cœur du conflit israélo-palestinien, un sujet qu’il maîtrise visiblement. Cyril Dion, est en effet engagé non seulement dans le mouvement colibris mais aussi pour la paix dans le conflit israélo-palestinien. C’est d’ailleurs après avoir vécu en Israël et Palestine qu’il écrit Imago. Cette expérience apporte indéniablement force au livre.

Il aborde ici le conflit israélo-palestinien sans parti pris, en choisissant la forme romanesque. Ce sujet lui permet également, et peut-être surtout, de traiter des notions de souffrance, survie, fuite, résilience face à l’enfermement, qu’il soit géographique, culturel, ou intime, le tout vu à travers les yeux de deux palestiniens (Nadr et Khalid) et deux français (Fernando et Amandine). Ces personnages tentent de se libérer de leur enfermement respectif pour tendre vers leur liberté propre à travers un cheminement personnel : d’où le titre d’Imago.

En deux mots : Khalid cherche à sortir de cet enfermement en se radicalisant. Nadr recherche la paix et la liberté intérieure dans la poésie. Enfermement aussi de Fernando, analyste français travaillant pour une organisation internationale et qui se trouve obligé, malgré lui, de se confronter à la réalité de la situation politique, économique et humaine d’un pays qu’il à l‘habitude d’analyser à travers des dossiers, depuis son bureau. Enfermement enfin d’Amandine, qui a fui la société de consommation et une blessure incurable, en s’isolant dans la forêt.

On peut en outre y voir une critique de la société de consommation, technocratique, qui créé d’ailleurs une forme d’enfermement pour elle-même ainsi que pour les autres, directement (à travers les règles édictées) ou indirectement (à travers la façon dont elle gère les conflits politiques et religieux mondiaux).

Mais ne racontons pas tout le livre : Imago est un livre qui se dévoile peu à peu, telle une chrysalide. Un premier roman à lire absolument !

Publicités

Un commentaire Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s